Merci, A. Content que ça t’ait plu !

La voisine du dessus n’arrête pas de râler, envoie-moi tes rossignols !

Mille bisous,

Damien

 Beaucoup plu ! Oui

Et ce matin, il pleut ou du moins l’orage gronde et les rossignols se sont cachés

Hier soir, j’ai relu des pages du Dormeur éveillé de J-B Pontalis j’ai pensé que tu es une sorte de dormeur éveillé qui donne au temps une dimension plus variable et avec quelque chose derrière les images.

Bonne journée,

A

— Bonjour, A, et merci pour les fleurs, au moins, le fait que ça ait plu, ça pousse !

C’est vrai que pour moi, le temps est très relatif (cela me fait penser aux montres molles de S. Dali: de nature rêveuse, j’ai fait une nuit de presque douze heures au lit, alors qu’une autre peut être dans mes pensées suspendues dans le fauteuil de vingt-deux heures à huit heures du matin. Oui, j’ai ce goût pour la relativité des idées, le lien des concepts, le cycle des choses dans l’histoire, me disant par exemple au volant hier que nos voitures contemporaines d’une centaine d’années n’en ont peut-être plus que pour une cinquantaine d’années, de la même manière que les mythes passent, les technologies sont éphémères… nous passerons pour les Jeux olympiques de 2024 au taxi volant et ceci peut-être pour cent ans.

Mon cerveau est un peu un livre ouvert vierge où s’impriment toujours de nouvelles pages de toutes les couleurs, faute de pouvoir en lire ailleurs et du fait qu’il faut ne s’intéresser qu’aux meilleures des choses.

Je suis un doux rêveur et un rare relativiste.

Tes propres lectures à m’en parler me donnent confiance en moi et m’aident à être moi, cette pluralité.

Parfois, je regrette de ne pouvoir lire et souvent, je suis fier de ne pouvoir faire que du contemporain, le mien.

 

Mille bisous, A, et Merci. »