IV – Je VEUX, parce que j’EXISTE, être influent

IV – a) Et vous ?

On peut être humble dans sa vie, mais penser par soi-même et ouvrir sa bouche par moments.

Exemple, « ce n’est pas parce qu’on est handicapé qu’on cumule toutes les tares, on a aussi un libre arbitre ». Si vous n’êtes pas d’accord, ne faites pas semblant, ne me dites pas que j’ai le droit de vote pour suivre des mouvements politiques qui ne me ressemblent qu’un peu. Je VEUX, parce que J’EXISTE, être influent.

Il n’a jamais été écrit qu’être handicapé signifiait suivre le mouvement, j’ai des choses à dire de ma perception différente qui fait PARTIE DU TOUT.

Je suis venu au monde sur cette planète pour employer mes mots à moi et qu’ils soient écoutés ou lus avec l’attention qu’ils méritent en s’y ou-vrant un peu (plus, car handicapé, je fais plus, même si cela peut surprendre).

Je fais plus, parce que mon cerveau plus complexe utilise des connexions inexplorées, voire taboues. Je fais plus parce que ma vie est une transgression des interdits. De là, j’ai une autre vision du monde, qui a sa raison d’être.

Il y a un temps pour tout, l’humilité pour les choses simples et faciles de la vie, la distinction pour ce qui mériterait d’être distingué.

Vous voulez m’aider, aidez-moi à vous ouvrir les yeux sur mes différences : quand je vois noir, c’est qu’il y a matière à s’inquiéter. Si je fais dans la démesure, c’est pour compenser un manque de sens de la mesure, je le redis, JE COMPENSE UN MANQUE DE SENS DE LA MESURE. Votre con-fort n’a d’égal que mon inconfort.

Voilà, vous l’aurez compris, j’ai la prétention d’être handicapé et capable. Et vous ?