III – QUI VA LENTEMENT VA SUREMENT

« Bonjour A,

"Qui va lentement va sûrement”, j’ai failli prendre mes rendez-vous de santé avant dix-sept heures et mon appel a trop tardé, on réessaiera demain. Demain, d’abord le scooter de Kiki pour un essai, mes rendez-vous après, je ne suis pas mourant et à mon avis, ils ne vont rien trouver.

 

Entre dix-sept heures et dix-huit heures, Kiki est souvent excitée ou stressée et je sais que j’éponge, je n’arrive plus à baisser mon taux de nicotine. Normalement, ce sont les horaires où j’en fais le plus et Kiki, à toujours appuyer sur l’accélérateur, me crispe, me bloque, moteur serré.

Je le lui ai en partie dit (j’éponge) et elle a répondu qu’elle épongeait mes baisses de moral. Elle a raison, mais je ne lui ai pas dit que moi aussi. Ce n’est pas à qui aura le dessus, et ça a toujours été chez Kiki, elle “squeeze” comme un citron, elle-même empressée, et ne sait voir que nous, on ne l’est pas. Si quelque chose me manque, je le fais moi-même. Il doit rester des séquelles de son père qui frappait ses femmes, son frère et sa sœur.

Je crois qu’avec elle, je suis condamné à un taux de nicotine, que la vape est le moindre mal et je compte sur les progrès scientifiques et techniques pour trouver des solutions, car ce n’est VRAIMENT pas faute d’essayer, et là, c’est le dos qui trinque en l’absence de liquide nicotiné, les gencives qui saignent par le vapotage lors du brossage.

Kiki sursaute au moment du thermomètre parlant (à chaque fois), c’est son IMC (Infirmité Mo-trice Cérébrale) qui la rend comme ça, on n’y peut rien. Il faut dire que pendant que je suis dans ma minutie, Kiki “crochète” à son rythme, endurante, perspicace et calme. Avant, elle ne terminait pas les choses, maintenant, elle va bientôt plus loin que tout le monde.

Moi, vapoter est une compensation et un plaisir aussi, alors on verra avec le temps.

Il faut relativiser et ces nuits de calme ou ces soirs, ce n’est pas un hasard : quand elle est facile, on arrive à se coucher en même temps. Moi aussi, mes décalages ne doivent pas l’aider à être en phase, mais avant elle, ce n’était pas le cas. Et ce n’est pas elle la responsable, c’est l’enfance (méningite à quatre ans… mère trompée…)

Allez, bisous, on va bien tenir une petite quarantaine d’années de plus après ces dix ans, ce n’est qu’un rodage ; même si les cylindres s’usent, tant que la jupe tient le coup.

Je lui envoie copie de ce mail. Ce qui fait notre entente, c’est qu’on ne se cache rien.

Damien »