DEBUT ? FIN ?

 

En effet, que seraient nos vies, quel intérêt, si l’on en connaissait tout le parcours, cela serait ou monotone, ou frustrant de ne pouvoir espérer en être l’acteur. Pour le moment, on considère dans le doute qu’il y a un début et une fin. Ce n’est qu’un postulat, déjà : des mutations, nous en faisons tout au long de notre vie et je supposerais qu’il n’y a ni début ni fin. Ainsi, les choses me paraissent plus positives pour mener sa vie (moins asservies par de « relatives connaissances »), autrement que comme une piteuse « vie », dont la conception nous aurait été conditionnée par nos parents et notre culture judéo-chrétienne. Pourquoi la matière, l’énergie, serait-elle sans début et sans fin et nous, la vie, si ?

Juillet 2018 (simple reproduction cyclique du soleil de 1976 ?) :

« J’essaie de “débrancher pour la planète”. Ici, les gens les plus nerveux sont exécrables, sous pression, je pense à cause de la chaleur à laquelle ils ne sont pas habitués et ils ne savent, ne peuvent se réorganiser. Christiane et moi avons trouvé une solution temporaire, vivre plus la nuit. Je vais essayer un genre de status quo le temps que la pluie vienne, dans le sens où je vais moins consommer d’électricité (effet joule, rayonnement…) qui nuit à la planète.

Les conditions météo m’inquiètent, je pense qu’il faut tout de suite réagir (sans obligatoirement penser à un réchauffement climatique, mais déjà à un inconfort général), en pensant à éteindre nos brûleurs d’énergie l’été, ordinateurs, tablettes, voiture électrique…

— Mille bisous, c’est vraiment sympa, ton point de vue à chaud (ton point de vue « H.O. »)

PS : « 100H O 7 = L 100. + L HO + L 100 » 

Traduction : « Sens ta chaussette comme elle sent. Plus elle a chaud, plus elle sent😊. » 

Amitiés » 

« Il y a plus de courage que de talents dans la plupart des réussites. » (Félix Leclerc)